Facebook
Youtube

Espaces 50 plus

Facebook
Youtube

La Ville de Québec organisait, les 29 et 30 octobre des rencontres d’information sur Le Phare. En principe, on ressort d’une rencontre d’information avec des réponses et non avec des questions additionnelles.

 Je suis allée à la rencontre du 29 octobre. J’ai plusieurs questions auxquelles je n’ai pas eu de réponse.

 J’ai entendu un fonctionnaire de la Ville de Québec exposer les très nombreux projets de réaménagements des rues et boulevards dans ce secteur déjà très achalandé et fréquemment congestionné à l’entrée de la Ville, à la sortie des ponts. Cependant, cette personne n’a pas fait la distinction entre les projets requis par le réseau structurant de transport et ceux qui pourraient découler de la présence de ce très gros projet de construction – une tour de 65 étages, une autre de 45 étages et une dernière légèrement plus petite.

 On nous a expliqué que ce qui découlait du projet sera payé par Le Phare, mais en juin, monsieur Dallaire avait expliqué lors de sa présentation publique du projet que son entreprise défraierait les coûts de l’échangeur situé sous un des édifices du Phare, mais c’était la seule infrastructure dont il s’engageait à défrayer les coûts. Lorsque des questions portant sur la circulation lui étaient posées à cette occasion, il référait à la responsabilité de la Ville.

 Dans les circonstances décrites à cette rencontre d’octobre sur ce projet, comment expliquer que par la voix d’un fonctionnaire, il a été dit que la Ville accompagnerait le promoteur? n’y a-t-il pas là une inversion des rôles? Il devrait appartenir au promoteur de se conformer aux règles de la Ville et non à la Ville de modifier ses pratiques pour accommoder le promoteur.

 Un autre questionnement a porté sur la question de l’acceptabilité de ce projet. Pour plusieurs citoyens qui ont pris la parole, il ne faisait pas de doute que ce projet très volumineux ne cadrait en aucune façon avec le paysage de la Ville. Plusieurs ont même suggéré à la Ville de s’inspirer du modèle de Copenhague.

 Ce n’est pas la première fois que l’on entend que ce projet s’intègre très mal à la Ville et pourtant, il revient dans l’agenda et, qui plus est, la Ville a annoncé qu’elle compte utiliser l’article 74, 4 de s.a Charte. En utilisant cette voie, la Ville peut imposer sa vision, semble-t-il, sans vraiment tenir compte des commentaires que les personnes présentes aux rencontres d’information pourront faire.

 Pourtant la Ville prétend qu’elle veut « consulter » les citoyens, mais elle dit ça tout en se donnant les moyens de ne pas les entendre. On semble vraiment éloigné ici d’une politique de consultation publique respectueuse.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir