Facebook
Youtube

Espaces 50 plus

Facebook
Youtube

L'Institut du Nouveau Monde (INM) évaluait dans son rapport de février 2017 que la Ville de Québec se conformait à la moitié seulement des critères de sa propre politique de consultation publique.

L'INM précisait que la politique actuelle favorise les pratiques se situant au bas de l'échelle de la participation publique.
 
L'INM notait également une perte de confiance à l'égard des programmes particuliers d'urbanisme, plus particulièrement à l'égard de celui du Plateau de Ste-Foy, territoire sur lequel devrait être érigé le projet Le Phare.
 
Une vingtaine de mois plus tard,les façons de faire de la Ville dans les dossiers de relations avec les citoyens semblent les mêmes qu'avant ce fameux rapport - on n'a qu'à songer, par exemple au très récent cas du projet du Phare décrié par de très nombreux citoyens et experts.
 
Comme citoyenne de Québec, je ne peut vraiment pas voir concrètement, sur le terrain les effets des intentions de la Ville de moderniser la politique de consultation publique, tel que le suggérait l,INM. Pourtant, le maire conclut l'année 2018 dans un bilan lors du conseil municipal du 17 décembre, par un te intitulé "une administration à l'écoute des citoyens", bien de conseillers ont apporté un clair appui au maire sur le sujet.
,
C.est à se demander si les membres de l'équipe Labeaume connaissent la différence fondamentale entre informer les citoyens et les consulter.
 
J'ai le sentiment que cette équipe au pouvoir à Québec a oublié ce rapport qui pointait les limites de la Ville dans l'exercice de la consultation publique.
 
Cela promet lors des séances sur la fameuse politique de consultation publique,.les citoyens pourront avoir l'impression de "prêcher dans le désert" s'ils vont s'exprimer, je crois bien. Est-ce vraiment ce que souhaitent les élus de l'Assemblée nationale?

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir